Décalé

14 avril 2006

Evaluer les enseignants ?!

Trois pays, trois façons différentes d'évaluer les enseignants :
Courrier International (du 6 avril 2006) rapportent que les enseignants du secondaire en Floride risquent désormais d'être rémunérer au mérite... de leurs élèves. Plus précisément en fonction du tôt de réussite de leur élève à un examen organisé par l'état de Floride. Personnellement, je ne pense pas qu'on puisse évaluer un enseignant aux résultats de ses élèves ou étudiants. Certains enseignants passent bien auprès de leurs élèves sans que pour autant ceux-ci aient des résultats mirobolants. De plus, est-ce qu'un tel système ne va pas pousser les enseignants à se concentrer sur les élèves qui ont une chance de réussir l'examen et laisser tomber ceux qui ont peu de chance de l'avoir ? Il semblerait aussi que certaines écoles de Floride organise la rentrée de plus en plus tôt, donnent d'avantage de devoir à la maison pour maximiser les chances de voir les élèves réussir. Du coup, ça risque de devenir du bachotage et ce n'est pas ainsi à mon avis qu'on reconnait un bon enseignant.
En Belgique, à l'université, il semblerait que les enseignants reçoivent leur cours pour cinq ans et que passer ce délai, il leur faut prouver qu'ils méritent de les garder. Ainsi, des évaluations sont données aux étudiants à la fin du semestre, les polys des enseignants peuvent être évalués par leur collègues... Tout ce qui peut montrer que vous vous êtes impliqué dans votre métier.
En France, à l'université du moins, les enseignants sont évalués uniquement s'ils demandent une mutation. Dans ce cas là, ils sont évalués sur leur recherche et pas du tout sur leurs enseignements. La seule chose ou presque qu'on demande à un enseignant en France, c'est de faire son service et peut-être aussi de ne pas faire de grosses conneries. Dans certaines filières néanmoins, en particulier les filières en apprentissage (comme les anciennes MIAGE), on se rapproche de ce qui se passe en Belgique, les étudiants évaluant les enseignants. Certains peuvent ainsi se voir retirer leurs heures de cours.
Personnellement, je trouve cette pratique de l'évaluation pas mal du tout ; peut-être pas entièrement satisfaisante, mais elle a le mérite de forcer les enseignants à se donner davantage, à se renouveler et ne pas considérer comme acquis les quelques heures de cours qu'ils peuvent parfois enseigner depuis plusieurs dixaines d'années.

(Soit dit en passant, évaluer les enseignants au mérite ne me semble pas une bonne chose que ce soit leur mérite où celui de leur étudiants. Dans ce dernier cas, cela fausse la relation enseignant-étudiants).

4 Commentaires :

  • Il faut voir si à terme les objectifs instaurés par la LOLF pour l'ensemble de la fonction publique ne vont pas finir par s'imposer aux enseignants.

    Aujourd'hui en France cela est inacceptable mais les mentalités évoluent vite et les fonctionnaires du public ont peu conscience de la révolution introduite par la LOLF, qui ne peut désormais plus être endiguée et ne peut que renforcer le côté "objectif à atteindre, évaluation objective et constante amélioration" dans le secteur public.

    On n'y est pas encore, c'est sûr...

    Par Anonymous Clément, à 14 avril, 2006 13:48  

  • En France, les enseignants de l'université ne sont pas évalués ??? Pas d'inspection, rien ??

    Par Anonymous Paxatagore, à 14 avril, 2006 21:54  

  • @clément : Il est effectivement fort probable qu'on y vienne. On n'y arrive déjà plus ou moins pour la partie recherche. Pour la partie enseignement, je ne sais pas sur quelle base cela va s'appuyer.

    @Paxa : Les enseignants d'université ne sont effectivements pas évalués (sauf s'ils demandent une mutation ou passe l'habilitation pour devenir professeur dans les disciplines où l'agrégation n'existe pas, mais c'est essentiellement leur travail de recherche qu'on évaluera). La seule chose qu'on vérifie c'est qu'ils fassent leur nombre d'heures. L'autre forme d'évaluation possible c'est si des étudiants viennent se plaindre au responsable de formation. Dans ce cas l'enseignant aura un rappel à l'ordre, éventuellement ne sera pas repris l'année d'après pour cette formation, mais c'est tout et relativement rare. Il reste encore les sanctions disciplinaires, mais je ne pense pas qu'on puisse parler d'évaluation.

    Par Blogger Ms Décalé, à 15 avril, 2006 11:44  

  • Franchement, je suis pour l'evaluation des enseignants universitaires. SI a Paris X j'ai rencontre des professeurs brillants et qui apprenaient vraiment quelque chose, j'ai aussi vu des Prof qui s'en foutaient. Ils ne viennent faire cour a nanterre que pour justifier l'ajout de professuer sur leur carte de visite de Brother&Brother LLP.

    Je pense que l'Universite en France donne trop de place a la recherche et pas assez a l'enseignment

    Par Anonymous tokvil, à 22 avril, 2006 20:43  

Enregistrer un commentaire

Liens vers ce billet :

Créer un lien

<< Home